Israel immobilier | Actualités Immobilier en Israel| Petites Annonces | Baka, entre passé historique et quotidien cosy : un lieu de vie à nul autre pareil

BAKA, ENTRE PASSÉ HISTORIQUE ET QUOTIDIEN COSY : UN LIEU DE VIE À NUL AUTRE PAREIL

  • 15-01-2019
  • Projets & Développement
  • Hava Gurevitch

Avant-poste agricole isolé jusqu'à l'arrivée de la ligne de chemin de fer Jérusalem-Jaffa il y a 125 ans, le quartier dispose désormais de certaines des maisons les plus belles de la capitale.

Bien que le nom officiel du quartier soit « Gueoulim » il est connu par presque tout le monde sous le nom de Baka. Pendant des siècles, la terre de Baka était utilisée pour l’agriculture ; des maisons situées si loin de la Vieille Ville étaient alors rares. Une exception a été la résidence d’été construite par le riche propriétaire foncier Sheikh Muhamad El-Halili au 17e siècle, une villa entourée de vignes et de jardins.

Rien n’a beaucoup changé jusqu’en 1892, année à laquelle le train a commencé à circuler entre Jaffa et Jérusalem. Pendant la Guerre d’Indépendance, la population arabe de Baka a abandonné ses maisons. Et entre 1948 et 1967, lorsque Baka était situé sur la frontière jordanienne hostile, presque tous les habitants étaient de nouveaux immigrants qui n’avaient nulle part ailleurs où aller.

Après la guerre des Six Jours, des familles de la classe moyenne ont réalisé le potentiel du quartier et ont commencé à s’y installer. De nos jours Baka connaît un afflux d’immigrants aisés d’Europe et américains qui construisent de nouvelles maisons ou rénovent d’anciennes. En effet, lorsque nous nous promenons dans le quartier, nous entendons parler plus en français et en anglais qu’en hébreu.

La gare a été abandonnée pendant plus d’une décennie, mais, heureusement, des promoteurs ont entrepris sa restauration en 2010 et dans le même temps ont développé un merveilleux parc. Appelé Parc Hamesila, il est bordé par de l’herbe odorante et comprend un passage à plat à l’origine de cinq kilomètres de long (et aujourd’hui de près de huit) qui est parfait pour les vélos, les fauteuils roulants et les poussettes.

Le quartier est plein de bâtiments magnifiques, comme ceux qui longent le Derech Beit Lechem de Baka. La population y est vraiment hétérogène : religieux, laïcs, jeunes couples, célibataires, retraités, familles nombreuses, français israéliens et américains.  La présence francophone à Bakaa est très importante, et de nombreuses opportunités se créent dans le quartier pour les olims de France, tant au niveau professionnel que culturel.
 La proximité avec la zone industrielle de Talpiot permet de faire ses courses très facilement. Elle donne accès en outre à plusieurs pôles principaux du shopping sur Jérusalem. De nombreux ganim, maonot et écoles de très bon niveau sont localisés dans le quartier, avec des orientations qui correspondent à divers profils : dati leumi, haredi, habad, hiloni ou encore école démocratique. En outre, les habitants de Baka sont proches voisins de ceux d'Arnona, un quartier phare des communautés francophones, qui bénéficie  d'un accès aisé au centre-ville et aux secteurs d'activité commerciale et industrielle ainsi que d'une vue unique et d'un air pur. 

C'est en définitive un quartier riche en histoire, en architecture mais aussi en vie sociale et culturelle ! L'incontournable de la Capitale, un lieu de vie unique. 

Hava Gurevitch 

Retrouvez tout l'immobilier de Jérusalem sur www.seloger.co.il