Israel immobilier | Actualités Immobilier en Israel| Petites Annonces | Pour Shass, la priorité est l’éducation juive des Olim

POUR SHASS, LA PRIORITÉ EST L’ÉDUCATION JUIVE DES OLIM

  • 08-04-2019
  • Investissement
  • Yossi Taïeb, francophone sur la liste Shass

En cette veille d'élections législatives, Se Loger a rencontré Yossi Taieb, francophone du parti Shass, qui répond à quelques questions de la Rédaction et nous en dit plus sur ce parti de Droite. 
N'oublions pas de se mobiliser ce mardi 9 avril, partout en Israël, pour donner sa voie et soutenir ces partis qui se battent pour les Olim Hadashim, en particulier ceux de France. 

Rappelez-nous succinctement les étapes de votre parcours ?
Après avoir étudié au Collel du rav Mordékhaï Eliahou Zatsal et passé mes examens de Rabbanout, j’ai été en mission à Toulouse en 2005. J’y enseignais le Kodesh à Ozar Hatorah, j’étais rav d’une communauté et je dispensais des cours de Torah. De retour en Israël en 2008, j’ai dirigé une association œuvrant pour la jeunesse francophone. J’ai fondé Ya’had et Chelavim Béalya : deux programmes éducatifs répondant aux attentes des familles au niveau de l’orientation scolaire, cours de soutien et activités parascolaires. Nous avons également mis en place une plateforme pour les parents avec des rencontres mensuelles autour de conférences et d’autres activités.

Depuis quelques mois, vous êtes conseiller municipal sous l’étendard du parti Shass, comment s’articule votre action à Kiryat Yéarim ?
Pour être plus précis, je suis l’adjoint au maire de Kiryat Yéarim. Dès le départ, j’ai œuvré pour défendre l’égalité au niveau des activités culturelles proposées par la mairie de sorte à ce que toutes les franges de la population puissent en bénéficier équitablement. J’ai également fondé l’union des communautés de Kiryat Yéarim. En unissant 8 communautés sous un seul corps, nous avons plus de poids pour solliciter les autorités ou intervenir en cas de besoin. Dans le cadre de mes fonctions, j’ai pu entraver l’ordre de destruction d’une synagogue dont le dossier avait été soumis aux instances judiciaires. Cette synagogue a pu obtenir une autorisation temporaire pour poursuivre son activité jusqu’à la fin de la procédure. Tout cela, en un délai très bref. Certes, il y a du travail à fournir tant pour l’ensemble des citoyens que pour les francophones en particulier… mais nous sommes encore en début de course !

Justement, en ce qui concerne les francophones, quels sont vos plans d’action?
La priorité doit être accordée à l’éducation. Nous devons agir à l’échelle nationale en élargissant l’action menée jusqu’à présent par certaines associations, dans quelques écoles. Il revient au Ministère de l’Intégration de former un corps enseignant (en leur expliquant notamment les différences de systèmes scolaires entre la France et Israël…) capable d’intégrer au mieux les élèves francophones. Nous devons créer des écoles adaptées, d’ailleurs Shass est déjà actif sur le terrain. Sur le plan communautaire, je rêve que l’on s’intègre à 100 % avec les Israéliens mais en attendant, nous devons renforcer et bâtir nos propres structures destinées aux israéliens francophones et aux futurs Olim. Shass agit déjà en ce sens afin de préserver notre identité, garder nos valeurs et notre attachement à la tradition. A nous de lutter pour maintenir le statu quo existant et veiller à ce que l’Etat d’Israël soit d’abord et avant tout, un Etat juif. Nous souhaitons aider davantage les étudiants francophones (que ce soit à travers des bourses ou des solutions pour le logement), les pensionnaires, les soldats, alléger les procédures bureaucratiques, fournir des formulaires en Français (Bitoua’h Léoumi…) agir pour l’équivalence des diplômes et permettre aux professionnels de poursuivre leur activité dès leur arrivée en Israël… la liste n’est pas exhaustive !

Comment expliquez-vous que Shass puisse faire bouger les choses dans le bon sens ?
Notre parti n’a pas attendu la veille des élections pour entreprendre son action. Il est actif sur le terrain par le biais de ses 268 représentants sur l’ensemble du pays qui se tiennent à l’écoute des citoyens, disposés à s’investir et parmi eux, nous sommes cinq francophones. Shass ne se contente pas de promettre mais agit. Votez Shass vous aurez un représentant qui défendra vos intérêts à la Knesset et qui apportera un véritable changement aux Olim de France !
 
Yossi Taïeb, candidat francophone sur la liste Shass